Navigation

Tourisme

Vous trouverez plus d’informations complémentaires sur le tourisme dans la région de valence sur le site : http://www.valencetourisme.com/
Ou plus globalement en drôme : http://www.rando-drome.com/ et http://dromescape.blogspot.fr

  • La Pangée

    La Pangée, continent originel entouré d’un unique océan il y a 240 millions d’années, dont le centre se situerait sur cette commune est symbolisée par un rocher redressé. Depuis 2008 un sentier de la découverte guide vos pas vers les ruines du village médiéval, la grotte de la Dame et les monts de la Raye.

  • La grotte de la Dame

    Petit historique.

    En 1562, la « Dame », Catherine de Cornillane rejoint la réforme protestante Pendant les « guerres de religion » 1562-1598, la grotte reste un abri de repli pour les Réformés. Jusqu’à l’Édit de Nantes du 13 avril 1598 sous Henri IV.

  • Les cimetières protestants
    La révocation de l’Édit de Nantes en 1685 interdit le culte protestant : exclus des emplois publics, de leurs temples, les protestants sont exclus de leurs cimetières. Les instructions du conseil du Roi sont claires : « Sa Majesté ne veut pas qu’il y ait d’endroit marqué pour les enterrements de ceux de la dite religion et chacun pourra les faire enterrer où bon lui semblera ». Les ordonnances royales exigent de plus qu’ils soient enterrés de nuit et sans rassemblement. Pendant les longues années du « Désert », les protestants qui refusent de se convertir vont ensevelir leurs morts clandestinement, « dans les terres », dans un champ appartenant à la famille du décédé (ce qui ne fait que confirmer le dégoût des catholiques vis-à-vis de cette « religion déformée »).
    Ainsi est née la tradition des cimetières de famille : quelques tombes dans un jardin, un pré, un espace non cultivé, enclos ou non par des murs : les cimetières de plein champ éloignés des maisons paraissent avoir été clos dès leur création, alors que ceux proches des habitations étaient plus souvent ouverts. Les régions à forte densité protestante sont littéralement truffées de tels cimetières, les cyprès marquant les tombes près des maisons.

Marcher

  • Chemin de la Découverte
    Depuis 2008, un “sentier de la découverte ”crée par la commune avec la participation des enfants permet de s’arrêter sur les richesses de la commune et mène les randonneurs au cœur de “la Côte”. Il offre un point de vue remarquable sur la plaine de Valence, les montagnes du Vivarais, de la Raye. Le sentier propose plusieurs étapes qui permettent de comprendre et de regarder d’un peu plus près le soulèvement alpin, la faune et la flore ou bien la roche du centre de la Pangée. De la “roche de la Pangée” au château des Cornillans, cet itinéraire d’une heure trente permet aux petits et aux grands de découvrir une nature marquée par l’histoire. Le sentier de la découverte offre également la possibilité de découvrir les ruines du château des Cornillans. Bâti vers le XII e siècle, il abritait la longue lignée des Cornillans. Il n’en reste aujourd’hui que quelques traces, notamment du donjon. Et puis, les randonneurs pourront aussi observer une flore et une faune variée. Ils pourront peut-être apercevoir chamois ou chevreuils.

 

Se restaurer

Dormir

  • Chambres d’hôtes
    • Domaine du Tisserand : Cette grande maison se situe au milieu d’un parc de huit hectares traversé par un petit ruisseau, Le Tisserand, descendant de La Raye, ce contrefort du Vercors qui s’élève à plus de mille mètres.
      Site internet : http://www.domaine-du-tisserand.fr